7. ASDF - Degré d’impact visuel

Une fois le contexte paysagé défini, on accorde une note au projet en fonction des recommandations de conception pour obtenir un pourcentage de compatibilité. Puis on y ajoute l’index de sensibilité visuelle pour obtenir une mesure quantitative du degré d’impact visuel.

La réaction négative à un système d’antennes se fonde souvent sur la perception d’un impact visuel négatif, soit une réduction de l’attrait d’un endroit ou un empiètement sur ses caractéristiques naturelles. Un changement soudain dans la silhouette du paysage ou dans la vue des propriétaires terriens suscitera presque automatiquement une forte réaction.

Le degré d’impact visuel qu’on calcule pour un projet de système d’antennes permet d’évaluer l’importance de l’opposition publique à laquelle le promoteur peut s’attendre. Et l’ARUS peut utiliser cet indicateur pour s’assurer que le processus de consultation publique pourra répondre adéquatement à cette opposition, en variant le degré de diligence et de consultation nécessaire pour chaque proposition.

À titre d’exemple, un monotube de 30 mètres érigé dans un parc industriel aux abords d’une ville rencontrera habituellement moins d’opposition et d’inquiétudes du public qu’un pylône d’acier en treillis de 50 m érigé dans un quartier résidentiel ou près d’une école.

BLa grille ci-dessous permet de déterminer le degré d’impact visuel:

Compatibilité / Visibilité1 to 56 à 1011 à 1516 à 2021 à 24
76-100%FaibleFaibleFaibleMoyenMoyen
51-75%LowFaibleMoyenMoyenÉlevé
26-50%LowFaibleMoyenÉlevéÉlevé
0-25%LowMoyenÉlevéÉlevéÉlevé

L’ARUS pourra utiliser cette grille pour fixer les critères de la consultation publique et ainsi assurer à la population une occasion adéquate d’émettre ses commentaires.